éditorial

1002

n°1002 3/2021

matériaux naturels, la pression monte !

Plus que jamais la filière pierre naturelle trouve des opportunités de développement, en particulier dans la construction et la décoration. Plus que jamais la concurrence des matériaux “industriels”, céramique et composites, pèse sur le marché. Beaucoup de Français qui ne dépensent plus d’argent dans leurs loisirs, ont choisi d’investir dans l’amélioration de leur cadre de vie, intérieur et extérieur, entraînant une forte demande pour les matériaux de décoration. Les marbriers en profitent, et avec eux tous les matériaux qu’ils mettent en œuvre, naturels ou pas.

Ce numéro, illustre de différentes manières cette situation, à travers la présentation des activités de plusieurs entreprises, mais aussi le choix fait par un producteur de marbre, de maîtriser la copie de son matériau naturel en céramique, plutôt que de laisser d’autres profiter de l’engouement pour sa matière première.

La forte demande, la difficulté à s’approvisionner avec certains matériaux naturels, les qualités esthétiques et physiques de leur copie, en particulier pour la céramique, servies par une surpuissance industrielle et marketing, sont en train de formater encore plus nettement le marché.

Si les tendances sociétales lourdes semblent assurer l’avenir à long terme des matériaux naturels, à condition qu’ils gèrent positivement les contraintes environnementales de leur exploitation, l’omnipotence des industriels de la céramique et des composites, à condition qu’ils gèrent eux les contraintes sanitaires de leurs productions, va installer définitivement ces matériaux sur le marché, comme concurrents directs de la pierre naturelle surtout pour ceux qui l’imitent.

Un plan de travail en composite vendu pour du granit, ou un autre en céramique commercialisé sous l’appellation d’un matériau naturel, sont déjà monnaie courante. La filière pierre naturelle ne se défendra pas contre ça, d’abord parce qu’elle ne voudra jamais mobiliser les moyens nécessaires, et parce qu’elle en est parfois, pour ne pas dire souvent, elle-même l’actrice pour ne pas dire la complice.

Et cette omniprésence des matériaux industriels, pourraient même configurer le type d’entreprises susceptibles de les fournir. On l’a déjà vu à petite échelle en marbrerie, on le voit dans d’autres domaines, certains marchés sont tenus par des acteurs situés en amont de la filière de distribution de leurs produits. Dès lors ce sont eux qui en organisent la commercialisation, au profit de certains et au détriment d’autres.

Le marché de la décoration marbrière va-t-il s’organiser en fonction des matières qu’il promeut et utilise ? Trop tôt pour le dire, mais, à terme, cette possibilité n’est  probablement pas à écarter totalement.

0,00 €

Agrandir l'image