éditorial

984

Pierre Actual n°984 7-8/2019

la filière granitière a pris feu cet été...

Il a fait très chaud cet été dans les carrières et les usines de granit en France. La météo d’abord, et comme si cela ne suffisait pas, trois sorties médiatiques du Canard Enchaîné, de RFI, et de France 2, qui ont pointé du doigt la pénurie de granit français pour l’approvisionnement des chantiers d’aménagements urbains pré-électoraux, en particulier en Ile-de-France.

Si le reportage de France 2, pour ne parler que de celui-là, prépare parfaitement les consciences, du coup, aux nécessaires importations européennes et extra-européennes... il justifie la pénurie par “la fermeture progressive des carrières” ces dernières années.

Ce qui n’est pas faux, mais, même s’il a fait très chaud, on aurait aussi aimé quelques efforts supplémentaires d’analyse, en précisant, par exemple, que le recours massif des Collectivités aux imports était bien antérieur à l’explosion actuelle du marché (+ 2 milliards d’euros pour les travaux publics cette année selon le présentateur du J.T.), ce qui a grandement fragilisé les granitiers français, et que les contraintes environnementales qui pèsent sur l’exploitation des carrières en France, font le lit des produits d’importation en granit qui parcourent des milliers, voire des dizaines de milliers de kilomètres, en camions et en bateaux... Phéno-mène, du coup, toxique pour l’Environnement...

On aurait aussi pu évoquer l’organisation des marchés en “fourniture et pose” qui ouvre beaucoup d’options au titulaire du marché, sur le choix final du matériau, etc., etc., etc.

Dommage que ce reportage n’ait abordé le problème que par un petit bout de la lorgnette, et sans interroger les producteurs français. Mais il a au moins eu le mérite de parler de granit et de faire réagir la filière, dans les Bassins régionaux et à Paris.

Depuis “l’affaire”, le SNROC est en contact avec France 2 et travaille pour la rentrée sur un reportage objectif sur la situation de la filière granitière française. Histoire, au moins, de remettre l’église en granit au milieu du village...

0,00 €

Agrandir l'image