editorial

982

Pierre Actual n°982 5/2019

pierre sèche, une filière qui se mouille...

Pardon pour le jeu de mot un peu trop facile du titre de cet édito, mais c’est une réalité. La filière pierre sèche a pris son destin en main et travaille tout azimut à sa reconnaissance et à son développement.

Deux évènements récents, les premières Assises Régionales de la Pierre Sèche en Auvergne Rhône-Alpes début mars à Lyon, et les premières Rencontres Nationales des Lauziers et Bâtisseurs en Pierre Sèche, en avril à Florac (cf. p. 38) ont montré toute la pertinence de la démarche.

Appuis scientifiques et techniques, développement des formations, reconnaissance des qualifications, promotion auprès des prescripteurs, structurations associatives, soutien des politiques publiques locales... la pierre sèche, qui en terme de volume de professionnels et de mètre cubes mis en œuvre, reste une filière modeste, réussit à mobiliser autour d’elle de multiples moyens humains, intellectuels et financiers.

Cette technique constructive qui se revendique ancestrale, est entrée de plain-pied dans le 21ème siècle en cochant toutes les cases sensibles du moment : respect de l’Environnement, économie circulaire, développement local, intégration paysagère et patrimoniale, etc. On pourrait y ajouter une capacité intergénérationnelle rare, avec de jeunes professionnels passionnés, très à l’écoute d’“anciens” qui ont compris que ce n’était pas forcément mieux avant.

Filière Pierre avec laquelle elle partage de nombreuses problématiques, ou filière du Paysage qui constitue sa destinée ? la pierre sèche n’a pas à choisir son camp, simplement à poursuivre son travail en cohérence et synergie avec les deux.

0,00 €

Agrandir l'image