éditorial

279

n°279 septembre 2017

Enherbements au cimetière

La campagne de Toussaint va bientôt démarrer en octobre sur les médias et les «marronniers», (terme journalistique pour qualifier les articles récurrents ou de faible importance), vont de nouveau se multiplier pour toujours évoquer les mêmes choses.

Certains ont d’ailleurs les feuilles plus persistantes que d’autres.

Il y a ceux qui font figure d’espèce quasi archéologique tel le rappel du voyage des Français au cimetière lors de chaque Toussaint. Le thème de la crémation est lui aussi archi usé avec le rappel du principe de la terre aux vivants (personnellement je préfère la terre aux carottes bio)… N’oublions pas non plus les journées portes ouvertes au crématorium où les curieux se pressent pour découvrir une fantasmatique machinerie. Gageons que la priorité, en cette circonstance, sera plutôt un ancrage social dans un endroit qui est voué à servir la cohésion entre nous, avec des cérémonies dont le sens reste à définir et à développer (voir page 44 notre dossier sur l’éthique nouvelle des cérémonies civiles).

Tournons ensuite notre regard sur les nouvelles pousses de marronniers.

En voilà une, toute fraîche de seulement quelques années : le cimetière bio ou comprenez aussi, le cimetière «zéro phyto». Comme le langage courant a ses malices et ses dérives interlopes (vous m’avez compris lorsque j’utilise le qualificatif d’enherbement), posez-vous comme moi la question suivante : un cimetière bio peut-il encore admettre un Conservateur ?

Voilà de quoi rendre circonspect le CNFPT…

Plaisanterie sur l’au-delà ou au-delà de la plaisanterie, nous reviendrons sur cette question du cimetière bio le mois prochain, histoire de sacrifier aux rites de la Toussaint.

En attendant, je vous fais le pari que la question des carrés confessionnels va de plus en plus prendre de place dans les dossiers de la presse quotidienne régionale. Et là, il ne s’agit pas de se distraire à propos d’un sujet de seconde importance. La pression est déjà énorme et ne fera qu’amplifier au vu des changements démographiques. Pour indication, la désinformation qui sous-évalue la présence musulmane sur notre sol va tôt ou tard buter sur la réalité, n’en déplaise au bureau des cultes du ministère de l’Intérieur. A titre indicatif, je signale qu’une experte telle que la démographe Michèle Tribalat, chercheur à l’INED, évalue à 20 millions d’individus le nombre actuel de Musulmans vivant en France.

Sachant que pour l’heure, le retour au pays d’origine était privilégié par la première génération d’émigrants, désormais se pose la question de l’inhumation concernant les seconde et troisième générations, lesquelles sont très hostiles au principe du cimetière communal, laïque, égalitaire et partagé entre nous tous. La volonté des Musulmans à faire plier le cimetière français aux impératifs qu’ils se choisissent personnellement va devenir le problème n°1 de nos nécropoles. Déjà, les maires qui ont naïvement choisi de suivre les conseils des circulaires successives conseillant de décider le contraire du droit constitutionnel (en créant illégalement des carrés musulmans) sont aujourd’hui assiégés de demandes d’inhumation venant de toutes parts. Après les ZUP, voici donc les ZIP, zones d’inhumations prioritaires qui sont d’ailleurs souvent excentrées comme les banlieues, avec des carrés confessionnels créés en cimetières intercommunaux. Et là, l’enherbement est maximal : saturation rapide, ankylose des procédures administratives de reprise du terrain, etc. De plus, le législateur a miné le terrain en 2008 en créant implicitement la notion d’ossuaire confessionnel.

Certes, la rigidité religieuse n’est pas née récemment. Mais désormais, elle est rattrapée et aggravée par une croissance exponentielle de personnes qui refusent d’adopter notre modèle social et savent par ailleurs utiliser les fragilités nombreuses du système.

Il ne fallait pas aborder le sujet ? Ne vous en faites pas, la presse le fera sans réserve et pas toujours en connaissant les dynamiques souterraines qui sont à l’œuvre dans ce dossier…

0,00 € TTC

Nouveau Agrandir l'image